Pan sur le bec !

(le nôtre)

Dans sa profession de foi envoyée à tous les électeurs à l’occasion des élections municipales, PAGV précisait :

« Nous savons que les frais de campagne seront remboursés aux listes dépassant les 5%, mais, respectueux de l’argent public, nous avons volontairement limité nos frais de campagne à un plafond de 3 500 €, hormis les frais incompressibles que sont les bulletins et les professions de foi. Cela n’a visiblement pas été le cas de tous les candidats. »

L’honnêteté nous oblige à reconnaître que nous n’avons pas respecté cet engagement. Notre campagne, en effet, a été plus intense que prévue. Ayant été rejoints par de nombreux Pontoisiens, nous avons distribué, sur les gares et les marchés ou en porte-à-porte, plus de tracts et collé plus d’affiches que prévu. Ainsi, ce ne sont pas 3 500 € que nous avons dépensés, mais 4 452, dont 3 562 € d’apport personnel des membres de la liste et 890 € de dons de sympathisants.

Nos comptes de campagne ayant été validés par la Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques, nous serons remboursés, comme le code électoral le prévoit, de la somme de 3 562 €.

Comme il s’agit d’argent public, il nous a paru normal d’être le plus transparents possible.

La profusion de propagande déversée pendant cette campagne nous laisse penser que certain.e.s ont dû frôler le plafond de 43 110 € pour un tour. Ne serait-il pas justifié que chaque liste rende public le montant de ses propres dépenses ?

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*